Critique de Jack Reacher

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 3.3/5 (6 votes cast)

 

Jack Reacher

De Christopher McQuarrie

Avec Tom Cruise, Rosamund Pike, Richard Jenkins, Robert Duvall

Etats-Unis – 2012 – 2h11

Rating: ★★★★☆

Un homme caché dans un parking, une arme d’assaut à la main. 6 tirs plus tard, 5 victimes. Un homme est directement suspecté, James Barr. Ce dernier en appelle à un homme : Jack Reacher…

Franchise littéraire au même titre que Jason Bourne ou Jack Ryan, Jack Reacher est un personnage, passant par l’adaptation cinématographique, entrant dans la lignée de ces antihéros ambigus et impassibles tel Snake Plissken, John Mcclane, James Bond ou Sherlock (surtout celui de Guy Ritchie) voire Batman version Christopher Nolan. Un homme seul face à tous, plus intelligent qu’un flic sans être vraiment un flic car la scène de crime se joue sur des détails que le spectateur peut voir, sans les lier. Là est la véritable force du film, l’enquête menée par un binôme particulier, la partenaire de Jack est une avocate de la défense, où plane une relation platonique.

Et cette enquête essaie de se placer dans une dimension humaine, connaître les victimes car ce n’est pas un film qui tue des gens de façon anodin (la découverte de liaisons extraconjugales, le réconfort d’une baby-sitter ou le combat d’une mère…). Mais il y a aussi une dimension d’actualité à fond social, la crise et la lutte des P.M.E face aux multinationales et grosses entreprises. Certes, nous sommes toujours dans cette situation de thriller paranoïaque urbain, cela se passe à New York, avec un méchant toujours tapis dans l’ombre, Werner Herzorg fait ce qu’il peut avec une scène intéressante, mais la mise en scène reste de bonne facture avec quelques moments d’humour. Notons aussi Robert Duvall envieux briscard. Et même Tom Cruise qui joue la « star Tom Cruise (au générique on lit a Tom Cruise Production) », ne nous gave pas, et personnellement il ne me gave pas encore… Car ses films sont encore regardables.

Blockbuster de fin d’année, sans gros sabots, Jack Reacher pourrait révéler un réalisateur…

 

Hamburger Pimp

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About Hamburger Pimp

Rônin durant l’ère Edo au 17ème siècle, mais persuadé de venir d’ailleurs, il fût de l’armée de samouraïs chargée d’exterminer des carcasses à moitié vide de zombies peuplant un domaine proche du mont Fuji, dirigé par un seigneur cannibale. Des victimes revenus en bourreaux peut-on dire. Il fût le seul survivant des sabreurs, blessé par une marque maudite, qui par moments le zombifie le poussant à rechercher de la chair fraîche mais allongeant sa vie considérablement, le rendant encore vivant aujourd’hui. Depuis il traque des zombies à travers le monde et le temps, à bon prix, ce qui l’a poussé à se faire passer pour un dirigeant de société de cinéma spécialisée dans les effets spéciaux gores alors que ce sont les zombies tout juste repassés par sa lame précise. Il lui arrive souvent de récupérer du sang afin de le réinjecter dans la terre d’un bonsaï conservé depuis des siècles. Cet arbre minuscule, pourrait être la clé de son salut face à sa fatalité…