Critique de Universal Soldier: Day of Reckoning

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 3.3/5 (3 votes cast)

 

Universal Soldier: Day of Reckoning

De John Hyams

Avec Jean-Claude Van Damme, Scott Adkins, Dolph Lundgren

Etats-Unis – 2012 – 1h54

Rating: ★★★★☆

Un père de famille se fait réveiller par sa fille en pleine nuit qui n’arrive pas à dormir. Pour la rassurer, il parcourt  la maison jusqu’à la cuisine où il tombe nez à nez avec des hommes cagoulés…

Universal Soldier, film devenu franchise en l’espace de 20 ans, voit un quatrième volet éclore avec le réalisateur du précédent film, sans compter les deux téléfilms réalisés. Si on peut y voir un ancêtre de Jason Bourne, « le soldat parfait est celui dénué de toute émotion etc… », le principe de l’universal soldier ne s’inscrit pas dans une paranoïa urbaine. Par contre, ce long-métrage n’a rien à envier aux films de Doug Liman et de Paul Greengrass pour ce qui sont des scènes d’action, aux effets de ralenti- accéléré- temps réel. Cela nous rappelle une certaine bonne époque du cinéma hongkongais ou dernièrement The Raid pour l’effet jeu vidéo (avec 2,3 boss), à nous faire oublier un certain Zack Snyder.

 

Mais ce qui est étonnant est que le metteur en scène, John Hyams, pousse le concept au paroxysme par certains effets visuels et en citant des références claires. Déjà, toute l’introduction est en vue à la première personne, avec des effets stroboscopiques comme Enter the void de Gaspard Noé, d’ailleurs le film au départ est projeté en 3D.  Il y a aussi le fait de répliquant (clonage de soldat), notamment le personnage principal qui possède pourtant des souvenirs qui lui font mal (sa femme et sa fille défuntes) mais qui ne sont pas réels, telle l’androïde de Blade Runner à la mémoire artificielle. Mais le summum est la raison du pourquoi JCVD a le crâne rasé : il nous fait le colonel Kurtz d’Apocalypse Now ! Il ira même jusqu’à se peinturlurer le visage et au préalable le héros fera une ballade en bateau sur une rive en rencontrant par la suite une flopée de soldats à l’air bizarre. C’est clairement la situation vécue par Charlie Sheen, sur son bateau de fortune à la rencontre du renégat devenu idole, jusqu’à sa mise à mort, dans les deux cas, cela se finit à la machette.

Universal Soldier : day of reckoning est un film étonnant et inventif, est-ce pour autant que cela ramènera JCVD et Lundgren dans le circuit traditionnel du cinéma ou que l’on appellera John Hymas à Hollywood ? L’avenir nous le dira et… Oui, les androïdes font des rêves bien plus intéressants que de voir des moutons électriques.

Hamburger Pimp

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About Hamburger Pimp

Rônin durant l’ère Edo au 17ème siècle, mais persuadé de venir d’ailleurs, il fût de l’armée de samouraïs chargée d’exterminer des carcasses à moitié vide de zombies peuplant un domaine proche du mont Fuji, dirigé par un seigneur cannibale. Des victimes revenus en bourreaux peut-on dire. Il fût le seul survivant des sabreurs, blessé par une marque maudite, qui par moments le zombifie le poussant à rechercher de la chair fraîche mais allongeant sa vie considérablement, le rendant encore vivant aujourd’hui. Depuis il traque des zombies à travers le monde et le temps, à bon prix, ce qui l’a poussé à se faire passer pour un dirigeant de société de cinéma spécialisée dans les effets spéciaux gores alors que ce sont les zombies tout juste repassés par sa lame précise. Il lui arrive souvent de récupérer du sang afin de le réinjecter dans la terre d’un bonsaï conservé depuis des siècles. Cet arbre minuscule, pourrait être la clé de son salut face à sa fatalité…