Critique de La Chasse

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)

Jagten

de Thomas Vinterberg

avec Mads Mikkelsen, Thomas Bo Larsen, Annika Wedderkopp.

Danemark – 2012 – 1h51

Rating: ★☆☆☆☆

Après le succès critique de Festen en 1998, Thomas Vinterberg se perd durant une décennie en films mineurs avant de revenir enfin en forme en 2010 avec Submarino. On pouvait donc attendre de ce nouveau film la hargne et le recul dont il est capable mais c’est malheureusement une Chasse digne des téléfilms de l’après-midi sur M6 (en plus long) que le réalisateur nous livre.

Son métrage ne démarre pourtant pas trop mal. Plantant son décor dans la ruralité du Danemark, on suit Lucas, père de famille divorcé, travaillant dans un jardin d’enfants. Et les enfants, Lucas les adore et les comprend. Le géant Mads Mikkelsen cache derrière son physique imposant une sensibilité sans faille, une retenue et une intelligence qui, de qualités, vont devenir les motifs de sa perte. Car à vouloir fixer les limites des relations entre adultes et enfants, celui-ci se heurte à l’incompréhension de la mignonne Klara, qui l’accusera alors d’attouchements sexuels, transformant la vie de Lucas un enfer. Ce postulat de départ pouvait permettre à La chasse de rendre la noirceur d’un monde où les monstres ne sont jamais ceux que l’on croit, marchant sur les traces de Fritz Lang, tant ce dernier avait traité avec brio le sujet, que ce soit dans M Le Maudit ou dans Fury.

Mais Vintenberg se contente de classer le monde en deux catégories : les rednecks scandinaves, incapables de la moindre lueur d’intelligence, et les victimes, forcément passives. Il démontre ainsi deux heures durant que juger sans connaître, c’est mal, tout en assénant au spectateur une morale encore plus pernicieuse. Car à un aucun moment le réalisateur ne laisse celui-ci prendre le temps de la réflexion. Les images, tout comme les dialogues consternants, appuient lourdement son propos, sans pour autant donner d’épaisseur psychologique à ses personnages. Tous correspondent à un schéma défini où la remise en cause n’existe pas. On se ressent donc ici ni ambiguïté, ni malaise, à la différence de Festen, mais un ennui qui frôle parfois la vulgarité.

En enlevant aux bourreaux ainsi qu’aux victimes toute trace d’humanité, La chasse passe totalement à côté de son sujet. Dommage car le casting était lui brillant, particulièrement le lumineux Mads Mikkelsen, et aurait mérité un réalisateur qui lui donne la possibilité d’exprimer l’infinité de facettes que peuvent recéler un être humain.

Miho

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About Miho

Coincée depuis quelques années entre réalités parallèles et univers alternatifs, Miho se dit qu’elle aurait mieux fait de suivre des cours de physique quantique plutôt que de s’adonner aux dépravations estudiantines terrestres afin de retrouver son home sweet home. En attendant enfin une numérotation automatique "téléphone maison" sur son iPhone, son passe-temps favori reste la reproduction des masques de Leatherface et de Michael Myers au crochet.