Critique de Frankenweenie

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 5.0/5 (1 vote cast)

 

Frankenweenie

De Tim Burton

Avec les voix de Charlie Tahan , Winona Ryder, Martin Landau

Etats-Unis – 2012 – 1h27

Rating: ★★★★☆

Victor, jeune garçon solitaire de la ville de New Holland, a comme seul ami Sparky, son chien. Malheureusement, au cours d’une partie de base-ball, le chien meurt accidentellement. Mais lors d’un cours de science, le garçon encore endeuillé est interpellé par le résultat de l’électricité traversant un corps sans vie…

Auparavant long-métrage film, Tim Burton reboote sa propre œuvre mais cette-fois en animation, plus précisément stop-motion. Comme la plupart de ces réalisations, Tim Burton nous plonge dans un conte urbain, axé sur l’éveil et l’apprentissage. En effet, le protagoniste féru de cinéma (on pousse le parallélisme avec l’auteur au maximum), se révèle une nouvelle passion pour la science, qui dans le cas du film, est vulgarisé. Ce qui donne un certain effet d’humoristique avec le professeur aux allures de soviétique hautain et pédant.

En même temps le point de départ du film est une relecture du mythe de Frankenstein, le nom de famille du héros. Et vu que le mythe est relu pour une œuvre pour enfants, cela permet de réfléchir sur l’importance des animaux domestiques : ils peuvent être la première expérience de la mort et par conséquent du deuil, de l’enfance, d’où le cas des deux autres élèves allant déterrer leur défunt animal de compagnie. Mais le réalisateur américain va nous refaire tout le bestiaire des films d’horreur : loup-garou, gremlins,  vampire ou godzilla. De plus, Tim Burton va jusqu’à citer ses propres films tel  que Edward aux mains d’argent ou Sleepy hollow (avec l’étrange blonde aux grands yeux…).

Une animation intéressante nous est donnée, ce qui pourrait nous faire croire à un possible retour de Tim Burton…

Hamburger Pimp

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

Ca peut également vous intéresser:

Critique d'Heartless
Le coup de coeur DTV de la semaine: Heartless, de Philip Ridley
Critique de Black’s Game
Génération Fuck You
Chips-Movie: Slashers" style=" background: transparent url(http://www.celluloidz.com/./wp-content/uploads/2016/12/15608670_1256219364443297_1221535060_o-150x87.png) no-repeat scroll 0% 0%; width: 150px; height: 150px; ">
Chips-Movie: Slashers
Sous vos applaudissements

About Hamburger Pimp

Rônin durant l’ère Edo au 17ème siècle, mais persuadé de venir d’ailleurs, il fût de l’armée de samouraïs chargée d’exterminer des carcasses à moitié vide de zombies peuplant un domaine proche du mont Fuji, dirigé par un seigneur cannibale. Des victimes revenus en bourreaux peut-on dire. Il fût le seul survivant des sabreurs, blessé par une marque maudite, qui par moments le zombifie le poussant à rechercher de la chair fraîche mais allongeant sa vie considérablement, le rendant encore vivant aujourd’hui. Depuis il traque des zombies à travers le monde et le temps, à bon prix, ce qui l’a poussé à se faire passer pour un dirigeant de société de cinéma spécialisée dans les effets spéciaux gores alors que ce sont les zombies tout juste repassés par sa lame précise. Il lui arrive souvent de récupérer du sang afin de le réinjecter dans la terre d’un bonsaï conservé depuis des siècles. Cet arbre minuscule, pourrait être la clé de son salut face à sa fatalité…