Critique de Bad taste

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 5.0/5 (1 vote cast)

 

Bad Taste

De Peter Jackson

Avec Peter Jackson, Terry Potter, Peter O’Herne

Nouvelle Zélande – 1987 – 1h35

Rating: ★★★★★

Une petite ville de Nouvelle Zélande alerte les autorités par téléphone d’une étrange découverte… Intrigué, des hommes, des vrais, sont envoyés sur place. Ils découvrent une ville déserte et des hommes, habillés de bleu à l’allure méchante…

6 ans de labeur pour Peter Jackson, cela part d’un court-métrage, 4 semaines de reconstitution pour la cinémathèque de Toulouse, on les salue bien fort, pour un chef d’œuvre de film fauché. Tourné pour trois fois rien dans une ville en bord de mer, on regarde un home invasion movie où s’enchaînent drôleries, notamment les dialogues et l’amateurisme des acteurs jouant les humanoïdes, extrêmement loufoque. Mais le point central reste le détail du travail du gore parcourant le film. C’est jubilatoire car ce n’est pas du sang c’est du rouge, une couleur au contraste des couleurs froides, il en sera de même pour le vert…

Pour préciser sur le travail organique, avec des crânes ouverts ou des éventrements, Peter Jackson propose un style entre chirurgien de bas étage, avec des gros plans de l’intérieur humain, et un boucher bourru, par l’allure trop charcutière du corps humain. De la viande en long et en large, d’ailleurs le pourquoi du comment de la venue des aliens, avec laquelle on joue comme de la pâte à modeler. Enfin , puisqu’on était dans les années 80, il faut du action man, en preuve un trio d’agents trop réels pour être vrais (quand même essuyer du sang sur le sol pour éviter que les gens tombent, c’est cool) abusant des roulades et de poses dans l’assaut d’une maison, principal budget du film.

Maintenant Peter Jackson réalise The Hobbit, après avoir mis en scène la trilogie Le seigneur des anneaux, rien de pire pour celui qui a réalisé le premier film de fan boy de l’Histoire du Cinéma, et prends ça dans tes dents Quentin, de s’enfermer dans une franchise…

Hamburger Pimp

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About Hamburger Pimp

Rônin durant l’ère Edo au 17ème siècle, mais persuadé de venir d’ailleurs, il fût de l’armée de samouraïs chargée d’exterminer des carcasses à moitié vide de zombies peuplant un domaine proche du mont Fuji, dirigé par un seigneur cannibale. Des victimes revenus en bourreaux peut-on dire. Il fût le seul survivant des sabreurs, blessé par une marque maudite, qui par moments le zombifie le poussant à rechercher de la chair fraîche mais allongeant sa vie considérablement, le rendant encore vivant aujourd’hui. Depuis il traque des zombies à travers le monde et le temps, à bon prix, ce qui l’a poussé à se faire passer pour un dirigeant de société de cinéma spécialisée dans les effets spéciaux gores alors que ce sont les zombies tout juste repassés par sa lame précise. Il lui arrive souvent de récupérer du sang afin de le réinjecter dans la terre d’un bonsaï conservé depuis des siècles. Cet arbre minuscule, pourrait être la clé de son salut face à sa fatalité…