Critique de Taken 2

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 1.0/5 (1 vote cast)

Taken 2

 

D’Oliver Megaton

Avec Liam Neeson, Maggie Grace, Famke Janssen

France – 2012 – 1h35

Rating: ★★☆☆☆

« Mon père est un acien agent de la C.I.A, Bryan Mills. Nos liens se resserrés suite à mon affaire de kidnapping, par un gang d’albanais. En l’espace de 3 jours, il m’avait retrouvé. Quant à ma mère, elle est en instance de divorce, pour la seconde fois. Résultat mon ex-beau-père a annulé notre voyage en Chine. Mais Papa propose de le rejoindre à Istanbul. Mais lors d’une session à la piscine de l’hôtel, je reçois un appel… »

D’emblée, je vous le dis, Taken, je ne l’ai pas vu et je ne crois pas que ce soit grave. Passons le postulat simple mais très efficace comme toujours, des parents séparés mais semblant encore s’aimer et une enfant qui grandit dont on ne prend conscience que très tard qu’elle est devenue adulte, et par conséquent qui doit s’affirmer. Passons ce postulat par contre moyen, du gang d’albanais qui veut se venger, tout cela dit devant les cercueils des morts du premier film, une vengeance de méchant ? Old Boy et ce film sont à des années lumière. Pourquoi passer tout ça ? Tout simplement qu’un film comme Taken ne méritait pas une suite. À cela s’ajoute l’ambiance paranoïaque propre à la série, oui je dis « propre à la série », 24 heures chrono.

Quant à la réalisation, on a l’impression que les metteurs en scène de l’écurie Luc Besson, ont pour but d’être des sous-Michael Bay : un montage à la limite du mal de crâne car il y a vraiment trop de plans dans les scènes d’action, particulièrement les scènes de combat rapproché. En effet, elles sont de loin déjà vues, même le dernier combat est assez moyen mais c’est ce que verrez de mieux en matière d’action, car le reste est piqué, notamment à Nicholas Winding Refn, notamment Drive, que ce soit la musique des Chromatics (Tick of the clock) voire de College (je crois qu’à la piscine Maggie Grace a dans ses écouteurs A real hero) pour un minutage précédant une course poursuite à Istanbul. On pourrait aussi citer la franchise Jason Bourne dont un quatrième volet moyen se révèle plus intéressant que ce film, pourtant les deux héros se montrent comme des surhommes. Que Liam Neeson et Famke Janssen sont partis faire dans cette galère, quant à Maggie Grace, c’est une actrice dont je n’avais plus de nouvelles depuis sa mort dans Lost.

« Maintenant il reste plus que mon père accepte mon petit copain… », tant qu’un troisième volet n’est pas prévu, fais tout ce que tu veux Kim… Si c’est ça nos blockbusters français…

 

Hamburger Pimp

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About Hamburger Pimp

Rônin durant l’ère Edo au 17ème siècle, mais persuadé de venir d’ailleurs, il fût de l’armée de samouraïs chargée d’exterminer des carcasses à moitié vide de zombies peuplant un domaine proche du mont Fuji, dirigé par un seigneur cannibale. Des victimes revenus en bourreaux peut-on dire. Il fût le seul survivant des sabreurs, blessé par une marque maudite, qui par moments le zombifie le poussant à rechercher de la chair fraîche mais allongeant sa vie considérablement, le rendant encore vivant aujourd’hui. Depuis il traque des zombies à travers le monde et le temps, à bon prix, ce qui l’a poussé à se faire passer pour un dirigeant de société de cinéma spécialisée dans les effets spéciaux gores alors que ce sont les zombies tout juste repassés par sa lame précise. Il lui arrive souvent de récupérer du sang afin de le réinjecter dans la terre d’un bonsaï conservé depuis des siècles. Cet arbre minuscule, pourrait être la clé de son salut face à sa fatalité…