Les Utopiales, c’est reparti !

 
 
 

Pour sa treizième édition, le festival SF de Nantes continue de tracer des chemins de traverse entre la science et la science-fiction sous toutes ses formes (ciné, littérature, BD, expo…) et de s’interroger sur la frontière qui sépare l’imaginaire du possible. Comme toujours, le festival multiplie sur six jours les projections, rencontres et débats avec plus de 150 invités dont l’écrivain Neil Gaiman (American Gods) en invité d’honneur mais aussi des habitués comme Michael Moorcock et Norman Spinrad.

Côté cinéma, le jury présidé par Joann Sfar donnera son Grand Prix à l’un des sept films de la sélection qui comprend des œuvres dont on vous a déjà parlé lors de l’Etrange Festival comme l’animé complètement barré Afterschool Midnighters, le glacial Antiviral de Brandon Cronenberg (fils de David) et les Nazis bisseux d’Iron Sky. Egalement projetés, The Dinosaur Project de Sid Bennett et The Human Race de Paul Hough ainsi que deux sucreries Bollywood avec la mouche d’Eega et Ra.One sorte de Tron avec Shahrukh  Khan. Des séances spéciales permettront également de découvrir les dernières sensations animées venues du Japon dont le sublime Voyage vers Argatha et de rattraper son retard avec une rétrospective des films Patlabor réalisés par Mamoru Oshii. Et l’on ne vous parle même pas des projections de ces petits classiques que sont Phase IV, Knightriders, La Foire des ténèbres, Primer

Le menu étant une nouvelle fois copieux, nous vous invitons à jeter un coup d’œil à la programmation du festival directement sur leur site : http://www.utopiales.org/

 

 

The Vug

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About The Vug

Utilisant que très rarement sa soucoupe volante en raison de son mal des transports, The Vug passe ses journées devant la télévision en se gavant de nicotine (l’unique aliment terrien qu’il peut supporter). En attente d’une régularisation de sa situation (ses papiers d’identité n’étant pas reconnus par l’administration), il descend régulièrement au bistrot en bas de chez lui, toujours accueilli par le patron d’un affectueux « Et un p’tit blanc pour le p’tit gris ! ».