Critique de Redd Inc [L’Etrange Festival 2012]

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 4.5/5 (4 votes cast)

Redd Inc

 

De Daniel Krige

Avec Nicholas Hope, Kelly Paterniti, Sam Reid

Australie – 2012 – 1h33

Rating: ★★★★☆

 

Un matin ensoleillée, une patronne prend l’ascenseur en compagnie de Thomas Reddman, un célèbre chasseur de têtes pour grosse compagnie. Mais au rez-de-chaussée, l’ascenseur s’ouvre sur la patronne décapitée et Reddman tenant la hache… 6 mois plus tard, tous les acteurs de l’affaire se retrouvent enfermés dans la même pièce avec ordre de retravailler sur l’enquête, sur ordre de Redd…

Nous assistons avec ce film venant d’Australie à un huis-clos flippant, stressant et surtout gore à souhait. Chaque personnage prisonnier du tortionnaire ayant maintenant un crochet à la place du bras gauche, a une personnalité propre mais aussi une particularité. Une particularité qui peut les renvoyer à une culpabilité. En effet, ce n’est pas juste une enquête sur une série de meurtres mais une enquête sur chacun des personnages, même si le scénario n’est pas poussé. Tom Savini, spécialiste des maquillages et effet spéciaux gore mais aussi acteur et réalisateur (Sex Machine dans Une nuit en enfer) a fait un travail excellent sur les scènes gore.

Bien que ce soit avant tout un film fun gore et pop-corn, il y a, par-ci par-là une satire du monde l’entreprise, entre le besoin incessant de résultats (chaque erreur leur coûte une scarification sur le front, au bout de 5, c’est la mort assurée), le poids d’un patron plus qu’odieux et imbuvable, et l’encadrement militaire du temps de travail, « il veut nous pousser à bout » dit l’un des prisonniers. À cela s’ajoute une satire sur le système judiciaire et médical, on ne sait donc pas soigner les gens devenant borderline ou dangereux par le travail ? De plus, le réalisateur n’en oublie pas pour autant de mettre des points de réalité, mention spéciale à Kelly Paterniti, héroïne, qui en cherchant un job sérieux fait la strip-teaseuse en webcam.

C’est mieux que Saw et il y a un clin d’œil au Silence des agneaux, si il sort en salles, faîtes-vous plaisir à tester vos nerfs.

 

Hamburger Pimp

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

Ca peut également vous intéresser:

About Hamburger Pimp

Rônin durant l’ère Edo au 17ème siècle, mais persuadé de venir d’ailleurs, il fût de l’armée de samouraïs chargée d’exterminer des carcasses à moitié vide de zombies peuplant un domaine proche du mont Fuji, dirigé par un seigneur cannibale. Des victimes revenus en bourreaux peut-on dire. Il fût le seul survivant des sabreurs, blessé par une marque maudite, qui par moments le zombifie le poussant à rechercher de la chair fraîche mais allongeant sa vie considérablement, le rendant encore vivant aujourd’hui. Depuis il traque des zombies à travers le monde et le temps, à bon prix, ce qui l’a poussé à se faire passer pour un dirigeant de société de cinéma spécialisée dans les effets spéciaux gores alors que ce sont les zombies tout juste repassés par sa lame précise. Il lui arrive souvent de récupérer du sang afin de le réinjecter dans la terre d’un bonsaï conservé depuis des siècles. Cet arbre minuscule, pourrait être la clé de son salut face à sa fatalité…