Critique de Rebelle

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 5.0/5 (1 vote cast)

Brave

 

De Brenda Chapman et Mark Andrews

Avec Kelly Macdonald, Billy Connolly, Emma Thompson

Etats-Unis – 2012 – 1h35

Rating: ★★★★☆

 

Mérida, jeune princesse gaëlique, a été ouverte dès sa jeune enfance à la grandesse du monde, entre les légendes, la magie, les feux follets et le tir à l’arc. Mais une fille de son rang, se doit d’être une élégante et classieuse jeune femme, prête à marier, ce qui la contrarie, surtout quand ses petits frères ont le champ libre pour toutes les bêtises possibles…

Nouvelle production Pixar, ce film ancré dans le moyen-âge écossais (Highlands et tout le tralala), de belles montagnes rocheuses avec cascades ainsi qu’une forêt dense d’un magnifique graphisme, propose un conflit parent-enfant, plus précisément mère-fille. Mérida, face à sa mère, symbole du protocole et de la condition féminine dominée, se montre telle une adolescente d’aujourd’hui : loin d’être parfaite, n’en faisant toujours qu’à sa tête, elle n’est pas douée pour la communication. De ses grandes boucles rousses en bataille, laissant apparaître multiples grimaces (très bonne esthétique du visage de l’héroïne d’ailleurs), elle veut se forger son propre destin. De ce conflit apparaît donc une dualité : Mérida veut des droits mais aucun devoir, ne fait pas d’efforts mais en demande à sa mère.

C’est une affirmation à la fois féministe, il y est question de mariage forcé, et de passage à l’âge adulte. En effet, l’œuvre réalisée par Mark Andrews et Brenda Chapman, est un conte sur le choix et la maturité. De ce postulat, il y aura des épreuves relevant du courage ou de l’audace voire du savoir-vivre (une partie de pêche…), afin que Mérida devienne une jeune femme indépendante et forte, avec ou sans son arc. De plus, l’humour, très bien écrit, permet d’excellentes transitions du récit, avec des fous rires (vous verrez) grâce des situations cocasses. Ce qui est une énième preuve que Pixar, ce n’est pas que pour les gosses, c’est pour tout le monde.

Dernière chose, Mark Andrews fait un clin d’œil à Porco Rosso d’Hayao Miyazaki, pour toutes les autres influences, c’est une coïncidence. Après Dragons de Dreamworks, Rebelle de Pixar prouve à son tour une originalité dans le conte au cinéma, avec la même surprise, car tous les contes qu’on connaît on déjà été adaptés maintes et maintes fois. Pourvu que cet état d’esprit continue d’être habité chez les deux studios.

 

Hamburger Pimp

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About Hamburger Pimp

Rônin durant l’ère Edo au 17ème siècle, mais persuadé de venir d’ailleurs, il fût de l’armée de samouraïs chargée d’exterminer des carcasses à moitié vide de zombies peuplant un domaine proche du mont Fuji, dirigé par un seigneur cannibale. Des victimes revenus en bourreaux peut-on dire. Il fût le seul survivant des sabreurs, blessé par une marque maudite, qui par moments le zombifie le poussant à rechercher de la chair fraîche mais allongeant sa vie considérablement, le rendant encore vivant aujourd’hui. Depuis il traque des zombies à travers le monde et le temps, à bon prix, ce qui l’a poussé à se faire passer pour un dirigeant de société de cinéma spécialisée dans les effets spéciaux gores alors que ce sont les zombies tout juste repassés par sa lame précise. Il lui arrive souvent de récupérer du sang afin de le réinjecter dans la terre d’un bonsaï conservé depuis des siècles. Cet arbre minuscule, pourrait être la clé de son salut face à sa fatalité…