Critique de Men in Black 3

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 4.3/5 (3 votes cast)

.

Men in Black III

De Barry Sonnenfeld

Avec Will Smith, Tommy Lee Jones, Josh Brolin, Jemaine Clement et Emma Thompson

Etats-Unis – 1h43 – 2012

Rating: ★★★☆☆

Boris l’Animal, un dangereux criminel extraterrestre, s’évade de la prison lunaire dans laquelle il était retenu depuis quarante ans. Remontant le temps jusqu’à l’année 1969, il assassine l’agent K qui l’avait alors arrêté, ce qui lui laisse le champ libre pour préparer l’invasion de la Terre. C’est ce que comprend l’agent J qui part à son tour dans le passé pour sauver son collègue.

Dix après un anecdotique deuxième volet, Barry Sonnenfeld rempile, après six années consacrées à la télévision, pour un troisième Men in Black budgétisé, traitement 3D oblige, à 200 millions de dollars. Ca fait cher la séquelle pour une franchise que l’on pensait définitivement enterrée, surtout à l’heure où un blockbuster qui fait un bide (comprendre qui n’engendre pas des centaines de millions de dollars) peut amener à lui seul un studio à la banqueroute (remember le fiasco John Carter compensé in extremis par le succès d’Avengers). Un pari d’autant plus risqué que le tournage de Men in Black III a débuté avant même que son scénario ne soit bouclé. Allez savoir ce qu’ils prennent comme drogues à Hollywood…

Avec Josh Brolin dans le rôle de Tommy Lee Jones jeune (très bonne performance au passage) et Jemaine Clement (l’acolyte de James Bobin dans Flight of the Conchords) en grand méchant, Men in Black III choisit donc d’explorer le thème du voyage dans le temps non sans une succession d’incohérences scénaristiques à faire hurler les puristes du genre. Le summum est atteint lors d’une révélation finale sur les rapports entre K et J qui laisse perplexe sur l’âge que doit avoir le personnage interprété par Will Smith.

Mais qu’importe ! Le film se laisse voir sans déplaisir grâce à un rythme sans temps mort et des gags qui fonctionnent la plupart du temps (mention spéciale pour la séquence de la Factory d’Andy Warhol). Loin de tenir toutes ses promesses, Men in Black III satisfera ceux qui avaient aimé le premier épisode. Donc, si vous n’avez pas encore vu Dark Shadows de Tim Burton, allez voir à la place le nouveau Sonnenfeld. A défaut d’un grand film, vous aurez au moins du grand spectacle.

 

The Vug

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About The Vug

Utilisant que très rarement sa soucoupe volante en raison de son mal des transports, The Vug passe ses journées devant la télévision en se gavant de nicotine (l’unique aliment terrien qu’il peut supporter). En attente d’une régularisation de sa situation (ses papiers d’identité n’étant pas reconnus par l’administration), il descend régulièrement au bistrot en bas de chez lui, toujours accueilli par le patron d’un affectueux « Et un p’tit blanc pour le p’tit gris ! ».