Critique de Bruegel, le moulin et la croix

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 4.0/5 (2 votes cast)

The mill & the cross

 

De Lech Majewski

Avec Rutger Hauer, Charlotte Rampling, Michael York

Pologne, Suède – 2010 – 1h32

Rating: ★★★★★

 

 

1564, la guerre des religions fait rage en Europe. Le roi d’Espagne occupe la Flandre avec des cavaliers en tunique rouge, chargés de traquer ceux considérés comme hérétiques. C’est à cette même période, que le peintre Pieter Bruegel, décide de finaliser son tableau « Le portement de la croix », entre tourment et chaos dans son petit village…

En premier lieu, je crois qu’il est important de noter le travail manuel et artisanal comme possible communion avec la nature. Par cette idée, le réalisateur nous met en scène des bûcherons, se baladant dans les bois à la recherche d’un arbre à abattre avec une étonnante minutie, ils en diagnostiquent certains, l’oreille sur le tronc. Il montre aussi les fermiers préparant leurs animaux, bovins ou volatiles, dans des danses baroques (on aimera beaucoup danser dans le film). Et de plus grande ampleur, le metteur en scène polonais effectue un travail esthétique sur le meunier dormant et travaillant dans son moulin grandissime, où l’on fabrique la farine et le pain, où pour l’actionner, un personnage monte des escaliers qui n’en finissent pas. Il est tel Orphée revenant des enfers. Une fois la mécanique de bois démesuré enclenché, il se dégage une impression sismique, des vibrations intenses (un travail remarquable du son). Pour finir sur l’idée du travail artisanal, évoquons le protagoniste peintre (Rutger Hauer, en pleine forme en ce moment avec Hobo et le prochain Argento). À une certaine époque les artistes étaient des vrais artisans, Lech Majewski ne fait pas pour autant le passéiste. Mais comme les autres artisans, Bruegel se lève tôt et se montre minutieux en observant la nature pour mieux la comprendre, la reproduire ou l’imiter. Alors nous pouvons penser à ces paroles de la Bible déclamant que Dieu nous a crée à son image. Il serait alors le meilleur des artisans, d’où le signe de la croix à l’abattement de l’arbre, d’où la prière silencieuse bénissant le pain quand on l’achète et quand on le mange et d’où lé référence  religieuse du tableau. Je vous laisse par conséquent à la bande-annonce avant de vous retrouver pour la suite de la critique.

De ce 3d sans lunettes, du fond vert substitué par un fond de toile de peinture, Lech Majewski avec comme référence le travail pictural de Bruegel, met en lumière l’adage du cinéma « comme fenêtre sur le monde ». Le monde pictural de Bruegel est d’abord une expression exacerbée de la nature avec différents niveaux et échelles de plan dans l’espace et le temps. En effet, les toiles de peinture, comme les photographies d’ailleurs, peuvent avoir ce caractère d’arrêter le temps ou de le rendre absent, comme si il n’existait plus dans l’œuvre pictural. Pour le film en question, c’est le premier choix qui est appliqué, avec des magnifiques essais d’arrêt sur image  variant selon les parties du tableau, notamment le moulin géant (un travelling vertical pour signifier la présence divine, cool). Et tout ceci est au service du sacré, car Bruegel, dans son tableau, peint la Passion du Christ, les douze stations avant la crucifixion. L’image du fils de Dieu est au centre de la toile (très bonne reproduction des croquis), mais le regard va et vient sur les autres évènements du tableau. La Passion peut être considéré comme la première figure de l’oppression et de l’injustice faite aux hommes, la première marque de la répression de l’élévation des hommes par les ténèbres et l’obscurantisme, les inquisiteurs espagnols son signifiés en rouge sang (couleur de la Passion du Christ) et apparaissent dans la séquence d’exposition du long-métrage sous la brume et le brouillard du matin. Dans le contexte du film, Jésus peut s’apparenter aux habitants de Flandres et la tyrannie est signifié par les cavaliers rouges. Quant à la présence de Dieu, il est évident que c’est le meunier et son moulin, il arrête même le temps.

De l’acte de peindre comme un acte politique, le film se révèle l’anti-Avatar. Et de la représentation du sacré, l’œuvre en devient sacré aussi. Oui, Celluloïdz réaffirme à nouveau, sa conception de l’art comme le nouveau sacré pour les hommes, une idée qui parcourut André Malraux et les Beatles, plus célèbres que Jésus. D’ailleurs, il en est comme preuve de notre parti pris, un lien avec le réalisateur : son dernier plan montre le tableau de Bruegel dans le lieu sacré de l’art, son église sous une forme différente ; le musée. Je crois que la citation exacte de Fiodor Mikhaïlovitch Dostoïevski est « la beauté sauvera le monde et l’art en est son instrument ».

Hamburger Pimp

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

Ca peut également vous intéresser:

Critique de The Artist" style=" background: transparent url(http://www.celluloidz.com/./wp-content/uploads/2011/10/The-Artist-150x150.jpg) no-repeat scroll 0% 0%; width: 150px; height: 150px; ">
Critique de The Artist
Celui qui ne voulait pas parler
Critique Les Sorcières de Zugarramurdi
Burn the Witch!
Critique : The Assassin
La Dame en noir

About Hamburger Pimp

Rônin durant l’ère Edo au 17ème siècle, mais persuadé de venir d’ailleurs, il fût de l’armée de samouraïs chargée d’exterminer des carcasses à moitié vide de zombies peuplant un domaine proche du mont Fuji, dirigé par un seigneur cannibale. Des victimes revenus en bourreaux peut-on dire. Il fût le seul survivant des sabreurs, blessé par une marque maudite, qui par moments le zombifie le poussant à rechercher de la chair fraîche mais allongeant sa vie considérablement, le rendant encore vivant aujourd’hui. Depuis il traque des zombies à travers le monde et le temps, à bon prix, ce qui l’a poussé à se faire passer pour un dirigeant de société de cinéma spécialisée dans les effets spéciaux gores alors que ce sont les zombies tout juste repassés par sa lame précise. Il lui arrive souvent de récupérer du sang afin de le réinjecter dans la terre d’un bonsaï conservé depuis des siècles. Cet arbre minuscule, pourrait être la clé de son salut face à sa fatalité…