Une suite pour la Planète des Singes, les Origines



La Fox a bien compris que vu l’ampleur du succès critique et public de sa Planète des Singes : Les Origines (450 millions de dollars de recettes pour un budget inférieur à 100 millions), il fallait miser dessus et lancer la préparation d’une suite. Mais bien que le projet soit encore au stade embryonnaire (Rupert Wyatt et ses acolytes scénaristes  Rick Jaffa et Amanda Silver  n’ayant pas entamé l’écriture) et qu’aucun feu vert n’ait été encore donné, la firme prend tout de même les devants et a préféré signer un gros chèque (heu…contrat) à Andy Serkis, dont la performance fait sans conteste partie des ingrédients clés de la réussite du premier opus, afin de s’assurer les services de l’acteur, lorsque le projet sera officialisé. Et par gros chèque, on entend à 7 chiffres tout de même, bien que le montant exact soit resté secret.Un beau gage de reconnaissance, que le studio accompagne d’un engagement presque militant pour que l’acteur soit nominé aux Oscars pour sa prestation en performance capture, suivant ainsi le mouvement initié par des hordes de fans sur Facebook.

Quand on sait que ni James Franco, ni Freida Pinto, ses deux co-stars, n’ont été contacté pour le moment, on se doute vraiment du flou dans lequel se trouve l’écriture du projet. Mais Wyatt annonce déjà fourmiller d’idées concernant cette suite et les autres qui pourraient éventuellement envisagées. Vu le résultat du premier, on ne peut que saluer l’initiative de la Fox de ne se séparer ni du réalisateur et de ses plumes, ni de l’élément clé du film, Andy Serkis, qui aura plus que marqué les débuts de la perf cap, depuis Gollum, jusqu’à Haddock.

Lullaby Firefly

 

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About Lullaby Firefly

Créature assemblée par les mains expertes d’un obscur savant fou d’origine bavaroise à l’accent tranchant comme un scalpel, Lullaby Firefly profite chaque année de la nuit d’Halloween pour s’illustrer dans quelques macabres méfaits, comme le vol de sucettes et le racket d’oursons en gélatine. Oubliant souvent sa tête dans le frigo, rempli de restes de villageois qu’elle affectionne particulièrement, elle se rend régulièrement dans la clinique du Docteur Satan pour un petit rafistolage express, secret de son éternelle jeunesse.