Critique de Twilight IV: Révélations – Part 1

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 2.6/5 (17 votes cast)

Breaking Dawn

de Bill Condon

avec Kristen Stewart, Robert Pattison et Taylor Lautner

Etats-Unis – 2011 – 1h57

Rating: ★☆☆☆☆

Bon, je ne vous cacherai pas que ce film est une merde. Je le dis même avant de m’enfoncer dans l’explication du pourquoi du comment tout simplement pour que vous le sachiez, que vous n’espériez pas une seconde voir un film digne de ce nom en allant voir cette daube. Je sais que de nos jours, entre gens de bon goût, c’est enfoncer des portes ouvertes que de dire que Twilight, ça pue le caca, mais en bon élève, je les ai tous regardé durant une folle nuit avec des compagnons de galère.

Remettons donc les choses en contexte avant d’attaquer la rédaction d’une critique. Critique ? Le mot n’est pas le bon, on dira plutôt que je vais joyeusement tirer sur l’ambulance.

Bref, comme d’habitude, je m’égare, Twilight donc, que j’ai affectueusement surnommé Toilettes, est donc une saga de films pour pisseuses, un truc creux et finalement inoffensif, le premier film, je l’ai même trouvé pas trooooooop mauvais (sûrement parce que je me suis permis de prendre au second degré des choses qui ne l’étaient pas et ai trouvé quelques lueurs dans l’absurdité poussée de ce truc), mais malheureusement, ça dure 4 films, bientôt 5. Quatre films qui racontent à chaque fois LA MEME CHOSE.

Résumé rapide : Bella tombe amoureuse d’un vampire de 107 ans coincé dans le corps d’un gamin de 17 ans, Edward, mais les vampires sont pas copains avec les loups garous. Du coup, c’est un peu con, vu que le meilleur pote de cette greluche de Bella en est un, et il veut lui enfoncer sa bite aussi profond qu’il enfonce ses dents dans des biches. Ajoutez à ça, un fil rouge, le fait que Bella, grosse conne qu’elle est, veut devenir un vampire et se fait mordre par son amoureux, mais il a dit « Pas avant que t’aies fini tes études et qu’on se soit mariés » !!! Oui, ça parle de baise. En gros, c’est ça la saga Twilight, retenez bien les noms Bella (la pute), Edward (le vampire emo), Machin (Le loup garou qui fait de la moto).

Le dernier opus dont on parle ici est sûrement le plus putassier, le plus con, les plus débile et le plus insultant à l’intelligence. C’est sûrement pour ça que malgré la nullité rampante de ce bordel, j’ai passé la séance à rire du film et non avec le film. Me foutant de la gueule évidemment de quasi toutes les scènes quand je n’étais pas en train de me dire « nooooon c’est chaaaaaaaud putain ! ».

En effet, le film est en gros divisé en 4 parties :

– La pute se marie et veut grave baiser (d’ailleurs, peu importe l’émotion qu’elle joue, la pauvre Kristen Stewart a tout le temps l’air d’avoir une violente envie de faire caca)

– Edward lui a fait des bleus pendant la baise parce que voyez vous, c’est un vampire, il est fort. Du coup, après une partie de jambes en l’air (en missionnaire bien sûr), la maison est détruite et il veut plus la toucher de peur de lui faire mal, mais elle veut TROP baiser (ou faire caca, chais pas)

– La pute est enceinte et veut grave garder un gosse qui la tue littéralement, bah ouais, elle est conne Bella.

– Surprise.

Enfin voilà, en gros, il se passe ça, en ajoutant évidemment des dialogues pourris, un Taylor Lautner qui retire sa chemise au premier plan du film et qui joue comme une truite, des moments nanardesques à mort et quand même, faut le dire, plein de moments chiants. Absence de scénario et une ou deux idées de réalisation (alors attention, c’est pas des idées de fou hein !) qui essaient de surnager

Ce n’est pas la même punition que le 2 qui pour le coup était bien pire que celui ci (oui, ça arrive !), mais ça reste une belle et sombre bouse devant laquelle j’ai pris mon pied, c’est d’une connerie telle que ça en devient fascinant.

Pour le coup, si vous y allez avec des potes, ça peut être bien rigolo, mais vérifiez que vous ne payez pas du vrai argent avant, ça n’en vaut pas la peine. Et si vous y allez tout seul, je vous plains.

J’irai voir le prochain.

Skreemer

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About Skreemer

Comme le dirait son bon pote Brassens, « Autrefois, quand j’etais marmot, J’avais la phobie des gros mots, Et si je pensais «merde» tout bas, je ne le disais pas… Mais Aujourd’hui que mon gagne-pain c’est de parler comme un turlupin, Je ne pense plus «merde» pardi ! mais je le dis. » En plus de tout ça, Skreemer a un goût certain pour la bagarre verbale avec les cons, les livres, les films et les bandes dessinées. Ses biscuits préférés sont les Hello Kitty à la fraise et il a toujours du Coca-Light et des clopes chez lui au cas où une demoiselle passerait. Par contre, il fait de longues phrases sans fin, avec plein de virgules dedans et n’aime pas les tomates. De plus, il est petit en taille et compense en utilisant du verlan.