Critique de Real Steel

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 3.8/5 (4 votes cast)



Real Steel

 

De Shawn Levy

Avec Hugh Jackman, Evangeline Lilly

Inde, Etats-Unis – 2011 – 2h07

Rating: ★★★★☆


Charlie Kenton, ancien boxeur, pilote maintenant des robots de combat commandés pour vivre. Criblé de dettes, il apprend que son ex-femme est décédée, laissant leur enfant de 11 ans, Max. Charlie entreprend alors une négociation pour se faire payer le refus de la garde exclusive, avec le fait qu’il doit passer l’été avec son fils qu’il ne connaît pas.

Pas loin d’une de mes précédentes citriques, Real Steel a des similitudes avec Warrior. En effet, de la réflexion sur le combat spectacle et violence spectacle, « les gens veulent de la violence pure », dit Charlie, l’industrie du spectacle dit le show business est en perpétuelle recherche d’un nouveau divertissement à la fois proprement primitif et fédérateur. Dans le film de Gavin O’Connor, Warrior, c’est l’Ultimate Fighting Championship dans un contexte de réalité sociale. Pour le film de Shawn Levy, l’UFC s’est mué en World Robot Boxing, on peut tout se permettre dans la violence avec des robots (idée prémonitoire ?). Ces deux films sont aussi porteurs d’une dissension familiale forte. Max est un jeune garçon semblant déjà avoir tout compris de la vie, brille de son audace (la découverte du robot Atom), de son inventivité (ses pas de danse imités par son robot) et de sa ténacité surtout face à son père, à qui il tient tête, résigné et magouilleur. Notons la première scène entre eux sur des questions d’argent ; celle de la bagarre suite à l’accident de la décharge où Max découvre Atom et le ramène tout seul ; ou encore celle du passage à tabac.

Mais si Max n’a pas vraiment tout compris, ce n’est qu’un enfant, qui certes fait preuve de plus de maturité que son père, il a tout compris, sûr et certain, de la technologie et de l’informatique, notons que le film se déroule vers 2020. Geek sans en être un (il parle japonais par exemple), sa connaissance lui donne un apprentissage de la vie qui lui permet de grandir lui et son père. D’ailleurs chaque combat, mis en scène de façon correcte (notamment avec face à Twin Cities) est une étape de connaissance, pour en revenir aux bases de la boxe (la fin). Pourrait-on mettre cela en lien avec les notions de vitesse de libération et vitesse du monde de Paul Virillo? Si le monde va plus vite, les sociétés se doivent de répondre à des besoins artificiels et émotions généralisées, notamment la consommation. Les jeunes, nés en et après 1994, auront des portables avant d’entrer au lycée, de même qu’ils sauront utiliser internet à plein régime. La technologie et l’informatique permettent une relation, une réconciliation entre générations, en clair les enfants des amis de mon âge, ou les miens futurs, auront une connexion (lol) avec leurs parents par le biais des nouvelles technologiques.

Par conséquent, quand on proclame que le progrès technologique nous individualise au point de nous isoler, Real Steel prouve le contraire. Un mauvais point par contre à la guimauve par moments et aux faiblesses nombreuse des acteurs, excepté peut-être Dakota Goyo jouant Max Kenton.

 

 

 

Hamburger Pimp

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About Hamburger Pimp

Rônin durant l’ère Edo au 17ème siècle, mais persuadé de venir d’ailleurs, il fût de l’armée de samouraïs chargée d’exterminer des carcasses à moitié vide de zombies peuplant un domaine proche du mont Fuji, dirigé par un seigneur cannibale. Des victimes revenus en bourreaux peut-on dire. Il fût le seul survivant des sabreurs, blessé par une marque maudite, qui par moments le zombifie le poussant à rechercher de la chair fraîche mais allongeant sa vie considérablement, le rendant encore vivant aujourd’hui. Depuis il traque des zombies à travers le monde et le temps, à bon prix, ce qui l’a poussé à se faire passer pour un dirigeant de société de cinéma spécialisée dans les effets spéciaux gores alors que ce sont les zombies tout juste repassés par sa lame précise. Il lui arrive souvent de récupérer du sang afin de le réinjecter dans la terre d’un bonsaï conservé depuis des siècles. Cet arbre minuscule, pourrait être la clé de son salut face à sa fatalité…