Critique de Paranormal Activity 3

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 2.5/5 (11 votes cast)

 

Paranormal Activity 3

De Henry Joost et Ariel Schulman

Avec Lauren Bittner, Christopher Nicholas Smith, Chloe Csengery et Jessica Tyler Brown

Etats-Unis – 2011 – 1h24

Rating: ★★☆☆☆

Capitalisant sur le succès inespéré de son anorexique et soporifique Paranormal Activity inaugural, Oren Peli enchaine la production des suites de sa juteuse franchise. Enfin, quand on dit suites, il faut comprendre aussi prequels puisque les épisodes vont à rebours. Donc, après le festival du jumpscare à la con du deuxième volet, Paranormal Activity 3 remonte le temps jusqu’en 1988 pour revenir sur l’enfance de Katie et Kristi Rey, les deux sœurs sur lesquelles se base la série. Si le teaser qui suit donne envie, il faut savoir que la quasi-totalité des images qui s’y trouvent (comme la photo ci-dessus d’ailleurs) ne sont pas dans le film. Si c’est pas un truc de fourbes ça…

Pour l’immersion dans les années 80, c’est comme l’honnêteté, on repassera. Concernant le dispositif visuel, le film fonctionne avec deux caméras fixes (une dans la chambre des parents, l’autre chez les gamines) et une caméra montée sur le socle rotatif d’un ventilateur électrique pour d’incessants panoramiques droite-gauche qui permettent de cadrer un coup la cuisine un coup le salon. Sans oublier bien entendu le sempiternel caméscope figé sur l’œil de chaque personnage masculin de Paranormal Activity qui se doit de filmer tout et n’importe quoi tout le temps afin de donner quelques scènes subjectives à un ensemble ultra-statique.

Hormis l’arrivée en trombe des sorcières dans la mythologie de la saga, Paranormal Activity 3 ressemble à du Paranormal Activity lambda : bruits louches dans la maison, portes qui s’ouvrent et se ferment, des gens qui dorment filmés en accéléré… Si l’on reconnaitra au tandem Joost-Schulman d’avoir plus de style dans leurs scènes d’épouvante qu’Oren Peli et Tod Williams, ce troisième volet préfère épaissir le background plutôt que de faire avancer une intrigue principale déjà très lente à se déployer. Que devient le bébé de Kristi Rey, enlevé par Katie à la fin de Paranormal Activity 2 ? On le saura peut être avec Paranormal Activity 4 ou 5 mais d’ici là on n’en aura surement plus rien à fiche (parce que foutre c’est grossier). Pour rester chez Oren Peli, mieux vaut attendre Lords of Salem ou revoir Insidious.

 

The Vug

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About The Vug

Utilisant que très rarement sa soucoupe volante en raison de son mal des transports, The Vug passe ses journées devant la télévision en se gavant de nicotine (l’unique aliment terrien qu’il peut supporter). En attente d’une régularisation de sa situation (ses papiers d’identité n’étant pas reconnus par l’administration), il descend régulièrement au bistrot en bas de chez lui, toujours accueilli par le patron d’un affectueux « Et un p’tit blanc pour le p’tit gris ! ».