Bryan Singer va adapter Battlestar Galactica

 

Alors qu’il devait s’atteler à un  film nommé Excalibur,  le réalisateur Bryan Singer s’est vu obligé d’annuler le projet, la Warner ayant préféré un autre script autour du mythe du roi Arthur. Et là où un réalisateur français aurait persévéré pour sortir sa version dans la foulée de l’autre  (ok, c’est gratuit mais deux Guerre des Boutons et deux Coco Chanel, ça commence à faire beaucoup…), Singer préfère se rabattre sur un autre projet lui tenant bien plus à coeur, l’adaptation ciné de la cultissime série Battlestar Galactica, considérée par les geeks et autres fans du genre comme l’une des meilleures séries sur le thème.

La série, qui n’a connu que quatre saisons en l’espace de cinq ans de production (elle s’est achevée en 2009) demeure connue pour son approche réaliste de son sujet, une première pour ce type de série, souvent inspiré l’aspect fantasy de ses pairs, Star Trek en tête. Il faut dire que Ronald D. Moore, son créateur, est aussi à l’origine de certains épisodes de Star Trek Nouvelle Génération, de Deep Nine, ou encore de Roswell. Tout en étant une suite de la série des 70’s Galactica, Battlestar se démarque et s’affranchit de son modèle originel en modernisant sa narration, ce qui a probablement participé à sa renommée.

Beau défi en somme pour Singer, pour l’après Jack The Giant Killer, prévu pour 2012 et dont l’action se déroule au temps du Roi Arthur… On t’avait bien dit, jamais deux films en costumes d’affilée, Bryan!

Lullaby Firefly

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About Lullaby Firefly

Créature assemblée par les mains expertes d’un obscur savant fou d’origine bavaroise à l’accent tranchant comme un scalpel, Lullaby Firefly profite chaque année de la nuit d’Halloween pour s’illustrer dans quelques macabres méfaits, comme le vol de sucettes et le racket d’oursons en gélatine. Oubliant souvent sa tête dans le frigo, rempli de restes de villageois qu’elle affectionne particulièrement, elle se rend régulièrement dans la clinique du Docteur Satan pour un petit rafistolage express, secret de son éternelle jeunesse.