Critique de Warrior

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 5.0/5 (3 votes cast)

The Warrior

 

De Gavin O’Connor

Avec Tom Hardy, Joel Edgerton, Nick Nolte, Jennifer Morrison

Etats-Unis – 2011 – 2h20

 Rating: ★★★★☆

Voici les frères Tommy et Brendan Conlon. Tous deux sportifs, c’est Tommy qui sort son épingle du jeu en devenant champion olympique junior de lutte. Mais depuis les deux frères sont devenus adultes, de la séparation de leurs parents, Tommy restant avec sa mère mourante, Brendan avec son père alcoolique, leurs chemins se sont séparés. Tommy se révèle être un marine déserteur d’Irak ayant fait une promesse à son meilleur ami, Brendan est un professeur de physique qui croule sous les dettes suite aux différents soins médicaux nécessaires pour une de ses filles. De là, leur passion pour le combat libre, plus souvent appelé Ultimate Fighting Championship refait surface…

La boxe est démodée maintenant, ce que les jeunes veulent voir c’est du combat brut, bien dur et sanglant. En effet l’ultimate fighting, ou mélange d’arts martiaux mixtes comme on peut dire, est devenu le sport le plus hype d’occident avec le poker. Si ça vous étonne, voire vous désole, je vous comprends, l’un ou l’autre n’est pas très extraordinaire. Mais étant donné que le sport de combat le plus proche est la boxe, on utilise les mêmes procédés : entraînement dur au montage multi-cadre, paroles de coach martelées (Frank Grillo en coach fan de culture allemande), sublimation du ring (un espace où tous les hommes y entrant sont seuls face à eux-mêmes), l’attitude du sportif toujours tête baissée avec ses états d’âmes et ses tourments. En clair , on ne voit pas vraiment le caractère barbare et sauvage (terme souvent utilisé), tout aussi brouillon du combat libre. Et la logique fait qu’on ne le remarquera pas.

 

Si l’UFC ne peut se prêter à une chorégraphie des corps, lors du tournoi Sparta, les corps sont mis à rude épreuve. Pour cela, le réalisateur a recours à un dynamisme de  mise en scène par des effets de vitesse pendant les combats, le détail musculaire des personnages avec des plans rapprochés (surtout avec les différents prises au sol pour les clés de bras ou les étouffements). La caméra ne se veut pas dans le combat, mais être témoin-spectateur, nous voici de retour dans les jeux du cirque de l’époque romaine, car si vous ne le savez pas, les combats d’UFC se font dans une cage grillagée. Néanmoins, un film de sport de combat propose toujours autre chose que de la bagarre, il est question là d’une reconstruction familiale, principalement ente deux frères, sur fond de crise économique (pour Brendan) et guerre (pour Tommy). Cela ressemble à The Fighter de David O. Russel ? Oui mais non car la force du film avec Christian Bale est Christian Bale, et bien sûr les autres acteurs. Puis la boxe passe au second plan (d’ailleurs 6 mois plus tard je me demande si je n’ai pas surnoté ce film), ce qui n’est jamais le cas dans The Warrior.

Certes c’est un film d’hommes, mais j’ai vu quelques petites copines jeter un coup d’œil, certes c’est un film d’hommes mais il y a réellement une force émotionnelle. De plus, après l’avoir vu, vous pourriez vous mettre à aimer l’UFC…

 


Hamburger Pimp

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About Hamburger Pimp

Rônin durant l’ère Edo au 17ème siècle, mais persuadé de venir d’ailleurs, il fût de l’armée de samouraïs chargée d’exterminer des carcasses à moitié vide de zombies peuplant un domaine proche du mont Fuji, dirigé par un seigneur cannibale. Des victimes revenus en bourreaux peut-on dire. Il fût le seul survivant des sabreurs, blessé par une marque maudite, qui par moments le zombifie le poussant à rechercher de la chair fraîche mais allongeant sa vie considérablement, le rendant encore vivant aujourd’hui. Depuis il traque des zombies à travers le monde et le temps, à bon prix, ce qui l’a poussé à se faire passer pour un dirigeant de société de cinéma spécialisée dans les effets spéciaux gores alors que ce sont les zombies tout juste repassés par sa lame précise. Il lui arrive souvent de récupérer du sang afin de le réinjecter dans la terre d’un bonsaï conservé depuis des siècles. Cet arbre minuscule, pourrait être la clé de son salut face à sa fatalité…