The Awakening: la Bande Annonce

 

Venant de la télé, Nick Murphy s’est fait les dents sur des séries et autres documentaires historiques en tant que réalisateur et même parfois scénariste. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que le bonhomme porte la double casquette sur son premier film, The Awakening.

Certes, on ne peut s’empêcher de penser à L’Echine du Diable  de Del Toro ou aux Autres d’Amenabar, tous deux à l’origine de la mode des ghosts stories en costumes, mais The Awakening  ne se contente pas d’être dans le mimétisme. Fort d’une photo impeccable et de décors naturels de toute beauté, le film suit Florence Cathcart, sceptique pure et dure, appelée  par le directeur d’une école isolée en pleine campagne, réputée pour être hantée, afin de prouver ou non, les rumeurs d’activité paranormale. Mais devant les résultats de ses expériences, les convictions de la jeune femme vont se trouver ébranlées.

Entre le Twixt de Coppola et le Red Lights de Cortès (et on ne parle même pas des Grave Encounters et autres Paranormal Activity 3), les films de fantômes sont définitivement revenus à la mode.

Lullaby Firefly

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

Ca peut également vous intéresser:

About Lullaby Firefly

Créature assemblée par les mains expertes d’un obscur savant fou d’origine bavaroise à l’accent tranchant comme un scalpel, Lullaby Firefly profite chaque année de la nuit d’Halloween pour s’illustrer dans quelques macabres méfaits, comme le vol de sucettes et le racket d’oursons en gélatine. Oubliant souvent sa tête dans le frigo, rempli de restes de villageois qu’elle affectionne particulièrement, elle se rend régulièrement dans la clinique du Docteur Satan pour un petit rafistolage express, secret de son éternelle jeunesse.