Expression du trauma, expression de la folie



Mes amis et membres de Celluloïdz, lors d’une réunion, que la Vénérable Lullaby Firefly et l’Honorable The Vug avaient organisé, m’ont informé d’une pub virale. En effet, Celluloïdz ayant une page twitter  (http://twitter.com/#!/Celluloidz) , s’est mis à twitter une page correspondant au lancement du tournage de The Dark Knight Rises. En cliquant cette page un certain nombre de jours (cinq précisément), cette même page twitter (thefirerises) renvoyant adresse internet http://www.thedarkknightrises.com/. Le site dévoile un écran noir où l’on entend pendant 24 secondes Fire Fire Rises à l’envers ! Ce n’est pas tout, il y a un scratch d’avant en arrière. Cela ressemble à un rite païen, car la religion n’invoque pas tant que ça la montée des flammes, synonyme de mort…

Et toujours sur la page twitter du lancement du film réalisé sur à nouveau par Christopher Nolan, une deuxième adresse, http://www.thedarlkknightrises.com/image.htm, c’est la première photo officielle du tournage, celle du personnage Bane, joué par Tom Hardy (vu auparavant dans Inception et Bronson), un ancien catcher vivant avec un masque à oxygène. Un fond noir, une lumière au fond de l’écran, voire une seconde plus rougeâtre, mais en gros plan est l’objet. Un dos et un bras à la fois musclé et monstrueux faisant un clair obscur juste avec sa peau, dont la tête rasé est surmonté d’un casque bionique. Je vous avoue que je n’avais pas compris que c’était Bane jusqu’à que Lullaby et Vug me le disent, j’ai cru à Batman… Mais dans cette photo, où le personnage semble de profil, il y a cette impression de trois-quarts : ce n’est pas nous l’épions, c’est lui du coin de l’œil qui nous épie.

Donc, en 24 secondes et une image nous avons du païen (que le feu grandisse !), nous avons du mystère, du caché (les écrans noirs), nous sommes dans l’ombre, nous avons les ténèbres. Nous avons aussi de l’épouvante, un homme en muselière, nous regardant près à bondir, nous arrivons donc affaire à l’horreur et au fantastique. Et si l’on regarde de plus près, tel signant notre fin, le casque à l’allure animale n’est rien autre qu’une machine, la science-fiction ? Non, juste du gadget. Par conséquent, les termes et concepts de païen (voire de baroque par le scratch), de mystère, de caché, d’ombres et de ténèbres, d’épouvante et d’horreur, de fantastique et de gadget ne sont autres que toutes les composantes de l’univers et du monde Batman. Christopher Nolan a réussit à expliquer et définir tout l’univers de Batman en 24 secondes et une image: pour Bruce Wayne le point de départ est un traumatisme : le mort de ses parents. Le trauma est le point de départ dont « Batman », la chauve-souris, en est le symbole. Notre trauma, en attendant le film, sera pour l’instant 24 secondes et une image. Alors, la question centrale de Batman est que la justice pourra-t-elle guérir son trauma ? Et la question de Christopher Nolan est que le cinéma serait-ce la folie en 24 images par seconde ?

Vous ne me croyez toujours pas, mettez en l’image en mosaïque et balancez les 24 secondes de son, savourez ce trip…

Hamburger Pimp

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About Hamburger Pimp

Rônin durant l’ère Edo au 17ème siècle, mais persuadé de venir d’ailleurs, il fût de l’armée de samouraïs chargée d’exterminer des carcasses à moitié vide de zombies peuplant un domaine proche du mont Fuji, dirigé par un seigneur cannibale. Des victimes revenus en bourreaux peut-on dire. Il fût le seul survivant des sabreurs, blessé par une marque maudite, qui par moments le zombifie le poussant à rechercher de la chair fraîche mais allongeant sa vie considérablement, le rendant encore vivant aujourd’hui. Depuis il traque des zombies à travers le monde et le temps, à bon prix, ce qui l’a poussé à se faire passer pour un dirigeant de société de cinéma spécialisée dans les effets spéciaux gores alors que ce sont les zombies tout juste repassés par sa lame précise. Il lui arrive souvent de récupérer du sang afin de le réinjecter dans la terre d’un bonsaï conservé depuis des siècles. Cet arbre minuscule, pourrait être la clé de son salut face à sa fatalité…