Critique d’Au-delà

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 2.5/5 (2 votes cast)

 

Hereafter

De Clint Eastwood

Avec Matt Damon, Cécile de France, Thierry Neuvic, George McLaren, Frankie McLaren et Bryce Dallas Howard

Etats-Unis – 2010 – 2h08

Rating: ★★☆☆☆

La Belle Histoire… George Lonegan est un médium solitaire qui vit à San Francisco (une ville pas comme les autres). Marie Lelay est une présentatrice vedette de France Télévisions qui est revenue à la vie après s’être noyée. Marcus est un petit garçon anglais qui a perdu son frère jumeau. Partir, revenir… Viva la vie, l’amour, la mort des uns et des autres, d’un homme et d’une femme. Comme dans un Lelouch, les trois destins vont se croiser. Hasards ou coïncidences ? Et si c’était à refaire ?

Pour sa 32ème réalisation, Clint Eastwood s’attaque frontalement au surnaturel en prenant pour sujet la Mort avec un grand M et ce qu’il y a après. A travers le portrait de différents personnages répartis à travers le monde (on reste quand même dans un Occident bien blanc), Au-delà décide d’explorer ce grand thème transcendant en trois segments entrelacés comme autant d’angles d’approche: George l’initié (impeccablement interprété par Matt Damon), Marcus l’endeuillé inconsolable (segment dickensien dans la veine du cinéma social anglais) et Marie la rescapée (dans une esthétique très cinéma français bourgeois dont même France 2 ne veut plus pour ses téléfilms).

Il en résulte un étrange mélange des genres que le réalisateur d’Impitoyable et Mystic River a bien du mal à maîtriser tant le sujet ici abordé est éloigné de son domaine de réflexion habituel (l’impact de la violence sur les individus, à peine effleuré ici dans la mort du frère de Marcus). Les questions métaphysiques que l’on peut se poser sur un tel sujet sont traitées de manière superficielle et le scénario se contente d’aligner des poncifs à rallonge.

Si Clint Eastwood réussit néanmoins à sauver son film du naufrage intégral, c’est paradoxalement par ses séquences les plus spectaculaires: le tsunami de 2004, les attentats de Londres, la mort du petit Jason. En revanche, l’introspection des personnages est aussi longue que stérile, notamment le personnage de Marie Lelay dont la remise en question est loin d’être aussi radicale que celle des vraies personnes qui ont vécu une Expérience de Mort Imminente. On aurait donc aimé un traitement plus rigoureux du sujet qui aurait fait d’Au-delà un film définitif, comme Steven Spielberg (pourtant coproducteur du film) l’avait précédemment fait avec le phénomène OVNI pour Rencontres du Troisième Type.

Premier faux-pas depuis longtemps dans la filmographie pourtant exemplaire de Clint Eastwood, Au-delà confond le drame existentialiste avec le mélo ronflant d’un roman de gare et démontre le fossé qui sépare le cinéma d’auteur européen et l’image que s’en fait Hollywood (attention bandits!) quand elle veut l’imiter. Tout ça pour ça ?

The Vug

Acheter le DVD sur Amazon:

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About The Vug

Utilisant que très rarement sa soucoupe volante en raison de son mal des transports, The Vug passe ses journées devant la télévision en se gavant de nicotine (l’unique aliment terrien qu’il peut supporter). En attente d’une régularisation de sa situation (ses papiers d’identité n’étant pas reconnus par l’administration), il descend régulièrement au bistrot en bas de chez lui, toujours accueilli par le patron d’un affectueux « Et un p’tit blanc pour le p’tit gris ! ».