Critique de Saw 3D – Chapitre Final

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 3.6/5 (8 votes cast)

 

Saw 7

De Kevin Greutert

Avec Cary Elwes, Tobin Bell et Costas Mandylor

Etats-Unis – 2010 – 1h27

Rating: ☆☆☆☆☆

Bobby Dagen a survécu aux pièges du terrible Jigsaw. Il en a d’ailleurs tiré un best-seller qui lui assure une certaine notoriété. Mais Dagen n’est en réalité qu’un imposteur et il se fait enlever par le nouveau Jigsaw qui est bien décidé à… Oh! Et puis, merde, on s’en branle!

Celluloïdz étant un site consacré en grande partie aux films d’horreur, il nous est malheureusement obligatoire de nous farcir un paquet de films de merde afin d’honorer au mieux notre mission. Mais les pires films de merde sont souvent ceux que l’on voit arriver de loin et dont on sait que la réception sera désagréable. Comme ceux de la saga Saw, saga inaugurée il y a 6 ans avec un premier épisode qui, s’il ne cassait pas la baraque, avait au moins le mérite d’apporter un peu de sang frais dans le monde du film d’horreur. Depuis, le fameux sang frais est devenu du gros boudin indigeste, accentuant au fil des épisodes les scènes gores là où le premier volet jouait davantage sur la tension.

Le gore, on a rien contre, au contraire. Mais, à moins de jouer sur un registre comique à la Brain Dead, trop de gore tue le gore. Et le septième volet (dont le traitement 3D permet au distributeur français de rebaptiser in extremis Saw 7 en Saw 3D, évitant les concours de jeux de mots à 2 balles suscités par Saw 6) ne déroge pas à la règle. On peut même dire qu’il pue des pieds.

Donc, nous voilà repartis pour des dispositifs de tortures mécaniques où les victimes disposent de peu de temps pour résoudre un dilemme du style: « si, dans les 30 secondes qui viennent, tu n’as pas récupéré la clé qui se trouve dans ton œsophage, cette barre de fer rouillée rentrera automatiquement dans ton cul et ressortira par ton œil droit ». Putain, j’aurai pas dû publier ça, ils vont me le piquer pour Saw 8! Car, oui, si l’affiche de Saw 3D nous promet un Chapitre Final, ne débouchons pas la bouteille de champagne trop vite car un nouveau volet est déjà annoncé. Tu parles d’une fausse joie!

Enfin, bref, c’est toujours aussi moche, improbable et nul. Tellement nul que même la mise à mort du chanteur de Linkin Park ne nous a fait aucun effet. Aucun plaisir et pourtant, à Celluloïdz, Linkin Park on n’aime vraiment pas. Au moins nous démontre-t-il que ses goûts cinématographiques sont aussi à chier que ses goûts musicaux. Quoi qu’en même temps, une merde sur une autre, ça ne fait qu’un gros tas de merde. Bon, c’est pas tout mais tout ça m’a donné envie de faire caca.

The Vug

Acheter le DVD sur Amazon:

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About The Vug

Utilisant que très rarement sa soucoupe volante en raison de son mal des transports, The Vug passe ses journées devant la télévision en se gavant de nicotine (l’unique aliment terrien qu’il peut supporter). En attente d’une régularisation de sa situation (ses papiers d’identité n’étant pas reconnus par l’administration), il descend régulièrement au bistrot en bas de chez lui, toujours accueilli par le patron d’un affectueux « Et un p’tit blanc pour le p’tit gris ! ».